Et si, au lieu de motiver, on facilitait plutôt l’auto-motivation ?

< Article suivant
Article précédent >

Quand, pour la dernière fois, avez-vous entendu vos collaborateurs dire « Je peux être moi même. Je suis fier de travailler ici. Mon travail a du sens. Mon environnement de travail est stimulant* » Comment les faire passer de la motivation à l’auto motivation ?

Des transformations accélèrent la mise en place d’un cadre favorable à un management plus collaboratif : remise en question du management descendant, changements culturels, technologiques et sociaux dans les entreprises, renouvellement des générations, milliers de départs en retraites d’ici à 2025, embauches de jeunes digital natives…

Grands consommateurs de connaissances, de relations assertives comme dans leurs séries préférées, les juniors arrivent aux commandes de business et d’équipes. Très attentifs aux modes de fonctionnement de leur boite et de leur bien être, ils vont secouer les systèmes ! Ils accèdent au management et préfèrent avant tout le rôle de facilitateur au rôle du contrôleur de train. Ils mettent d’ailleurs beaucoup plus de détermination à développer un mode managérial créatif où émotions et plaisir prennent la place, comme dans leurs jeux vidéos.

Toutefois, tout comme les anciennes, cette nouvelle génération de managers doit  disposer d’outils pédagogiques pour favoriser le développement des capacités de l’intelligence collective, pour leurs équipes, dans l’entreprise et pour eux mêmes.

Olfa Zaïbet Greselle évoque 6 grandes capacités interdépendantes qui permettent d’identifier les situations et d’agir dans le cadre de l’intelligence collective :

  1. La capacité à comprendre collectivement
  2. La capacité à réfléchir collectivement
  3. La capacité à résoudre collectivement des problèmes et à participer à la prise de décision
  4. La capacité à créer une vision commune pour mieux s’adapter et agir collectivement
  5. La capacité à éveiller le désir et l’engagement des membres d’une équipe
  6. La capacité à générer un bon climat social (identité, lien et cohésion)

Au-delà de ces 6 capacités à développer, le manager doit adopter la posture de manager facilitateur qui en découle, ambitieuse et humble à la fois ; un défi dont l’enjeu vaut la chandelle :

Manager facilitateur, mode d’emploi

Créer les conditions de l’auto-motivation va faire appel à quelques habiletés relationnelles et créatives, afin de faire émerger « le manageur facilitateur » qui est peut être en vous :

Manager facilitateur Collaborateur auto-motivé *
Lâche le contrôle, descend de son piédestal hiérarchique Je peux être moi même
Considère que l’intelligence et les idées ne viennent pas que du haut : égaux vs égos On m’explique ce qui se passe vraiment
Accepte de ne pas savoir tout sur tout et considère que sa valeur et son efficacité repose sur sa capacité à faire émerger l’intelligence de son équipe (sa valeur ajoutée) Mes points forts sont mis en valeur
Faire parler plutôt que de parler :
Pratique l’écoute active et pose des questions plutôt que d’apporter des réponses
Je suis fier de travailler ici
Co-construit et partage la vision et les objectifs Mon travail a du sens
Développe la culture du feed back ; apprend de ses collaborateurs et prend soin de lever les freins avant d’insuffler des changements Je ne suis pas freiné par des règles stupides et mes retours sont pris on compte
Permet la mobilité physique des collaborateurs, dans l’espace selon les missions : groupes projet, groupes de travail, binômes avec référent, trinômes avec 1 personne méta et mets en place des méthodes agiles Je peux partager mes avis et ressentis, je transforme mon stress négatif en stress positif
Partage la décision sur les sujets transverses, organise des votes et/ou des débats (forum ouvert…)Co-construit le menu des réunions,Développe les rituels, les célébrations Mon environnement de travail est stimulant, j’ai du plaisir en travaillant

 

Intelligence collective, manager facilitateur, management collaboratif : même combat, mêmes victoires !

« Le management collaboratif est un système de management qui favorise la coopération. Il prend en compte les intérêts et les points de vue de l’ensemble des parties prenantes et tend à l’élaboration et à la poursuite d’objectifs partagés. C’est le moyen de renforcer la performance de l’entreprise, tout en développant la motivation et l’engagement des salariés au travail. » Chantal Droulez. Actionco.fr

« Les 4 piliers du management collaboratif sont : La confiance, le choix, la coopération et la convivialité. » Francis Boyer, JDN.f

Le nouveau mode de management collaboratif est à inventer et les recettes sont à bannir, car chaque culture d’entreprise a ses propres caractéristiques. Toutefois, s’appuyer sur le développement des 6 capacités* doit permettre aux managers, dès lors que la permission leur sera accordée et qu’ils seront outillés, de devenir des facilitateurs et in fine de faire émerger un  management collaboratif.

C’est là tout l’enjeu de ces prochaines années…

*Pour développer ces 6 capacités et la posture de facilitateur, Souriez vous managez vous propose des solutions de management dédiées à l’intelligence collective et au management collaboratif.

Voir notre bibliographie du management collaboratif

* Créer un lieu de travail idéal / Rob Goffee et Gareth Jones. Harvard business review 02/2014