< Article suivant
Article précédent >
 3 idées pourEn voilà un sujet épineux ! De ceux que l’on cacherait volontiers sous le boisseau ! Et c’est bien ce qui se passe si souvent dans les organisations. Le manager ne sait pas comment aborder le sujet quand il observe que les collaborateurs ont peur d’un changement, craint de sortir de son rôle et de jouer au mauvais psy et a peur de ne pas avoir de solution. Il peut être aussi lui-même confronté aux mêmes peurs irraisonnées que celles de ses collaborateurs. Du coup, il est bien tentant de choisir la fuite ou le déni.

Alors comment faire pour rassurer ses collaborateurs quand soi-même on redoute les impacts des changements et des transformations ?

Cessez d’être l’otage inconscient des peurs.

Arnaud Constancias

Arnaud Constancias

Consultant associé Souriez Vous Managez, Suprviseur

Lire son son profil complet

 

A LIRE PROCHAINEMENT : les idées d’évasions estivales (livre, destination…) par Anna Edery, Manuel de Sousa et Arnaud Constancias pour faire le plein d’énergie et d’inspiration avant la rentrée !

 1. Commencez par vous occuper de vous-mêmes !

  • Face à un déménagement, un regroupement d’activités, un changement de business modèle, prenez le temps de discerner quelles sont vos craintes. Que redoutez-vous au juste ? Osez les reconnaître, les nommer, et les accepter telles quelles. En passant la barre du déni, de la peur de la peur, vous cessez d’être l’otage inconscient des peurs. Vous cessez d’être dangereux pour vous et votre entourage.

 

2. Osez aller à la pêche aux appréhensions

  • C’est être un manager courageux que d’aller rechercher les craintes dès qu’un changement significatif intervient dans l’équipe. Et c’est une pêche fructueuse que l’on est sûr de récolter. Tant dans vos entretiens individuels que dans vos réunions d’équipe, vous pouvez poser la question magique : Que redoutez-vous ? Qu’est-ce qui peut arriver de désagréable pour vous si le changement est réalisé ?
  • N’hésitez pas à partager vos propres craintes et à donner l’exemple. Au début, ce sera sans doute nécessaire. L’expression des peurs libère de l’angoisse, elle permet aussi de sortir de la solitude et de la culpabilisation. Et puis, partager des émotions est un puissant vecteur de cohésion.

 

3. Passez à l’action !

  • Bien sûr, vous ne pouvez pas en rester là car c’est dans l’action que la peur achèvera de se dissoudre. Vous n’avez pas besoin de rechercher à l’avance des solutions pour votre collaborateur. Demandez-lui ce qui le rassurera, il le sait mieux que vous et les solutions qu’il proposera seront souvent plus pertinentes.
  • Cela est vrai aussi en collectif. Une fois la peur exprimée, la raison reprend sa place…et l’intuition aussi.
  • Alors, profitez de l’occasion pour mener des ateliers créatifs afin de trouver ensemble des solutions adaptées. Vous développerez ainsi l’esprit d’équipe.

0 commentaires

Pin It on Pinterest