Article précédent >
Leader meneur d’hommes, vous avez besoin de sentir le pouls de votre équipe régulièrement pour la faire progresser. Vous devez diagnostiquer ses forces, faiblesses et points de progrès dans plusieurs domaines : la communication, la coopération, les relations, la clarté des rôles et des missions, l’organisation et la qualité du travail, entre autres points d’investigation utiles. Il est vraiment préférable de faire ce diagnostic avec tous les membres de l’équipe. Partagé, il sera mieux accepté. Toutefois, il se peut que vous craigniez un vaste déballage non maîtrisable.
Alors, comment faire pour rendre le diagnostic d’équipe à la fois productif et détendu, impliquant et collaboratif, révélateur et instructif ?

1. Commencer avec un diagnostic rationnel

 

  • Pour rassurer les « cerveaux gauche », vous pouvez commencer avec un SWOT (Strengh / Weakness / Opportunities / Threats). Cela permet d’ exprimer les Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces, si l’on prend la version française de cet acronyme. De situer l’état de l’équipe (forces & faiblesses) dans le cadre situationnel qui est le sien, à un moment donné (menaces & opportunités). Vous en ferez ressortir les points d’amélioration qui sont la conclusion dynamique de ce diagnostic.

2. Poursuivre avec un diagnostic symbolique

 

  • Avec le portrait chinois, vous ferez appel à un autre canal d’appréhension de la réalité : le symbole. Pour nombre d’entre nous, il est plus direct et immédiat que la raison. Le symbole révèle aussi des aspects inconscients qui ne seraient pas exprimés autrement. Il s’agit de proposer à chacun de décrire le fonctionnement de l’équipe (Et si c’était ….) sous la forme d’un animal, d’un végétal, d’un pays, d’un objet, d’un film ou d’une série télévisée… Avec la pratique, amusez-vous à inventer d’autres thèmes: un plat, un véhicule, un outil…Demandez à chaque participant d’écrire ses réponses sur des « post-it » et notez-les  au paperboad. Demandez-leur le « plus » de l’animal puis le « moins » de ce dernier.
    Quand tout le monde se sera exprimé sur tout ou partie des rubriques, vous verrez, en regroupant les + et –, se dessiner les points d’amélioration de votre équipe.

3. Terminer avec le portrait émotionnel

 

  • Il s’agit de partir des émotions et ressentis de chacun. Pour beaucoup, c’est plus direct encore. Les questions aux membres de l’équipe sont les suivantes :
  • Dans notre équipe, qu’est-ce qui…
  • …me met en joie ?
  • …me stimule ?
  • …me convient ?
  • …m’irrite ?
  • …me stresse ?
  • …m’angoisse ?

Chaque participant répond à chacune des six questions sur des post-it et vient les apposer sur le paperboard. Le manager que vous êtes (ou l’animateur si vous choisissez de déléguer cette tâche) lit à voix haute les réponses, fait des regroupements et demande au groupe ses réactions face au tableau qui prend forme. Ainsi, vous obtiendrez les facteurs de motivation de l’équipe, ce qui va bien, ainsi que les irritants et les facteurs de stress.

Bien sûr vous n’êtes pas obligés de mener les trois diagnostics de suite ! Vous pouvez aussi ménager vos effets et dégainer vos autres diagnostics lors d’un prochain examen collectif !

Arnaud Constancias accompagne les acteurs de l’entreprise dans l’actualisation de leurs potentiels, pour leur permettre d’être plus efficaces et de mieux vivre leurs relations et leur quotidien professionnel. Son approche est centrée sur la consciencele discernement, et la connaissance de soi et vise à des résultats concrets

 

PROCHAINEMENT : 3 idées pour…influencer, par Manuel des Sousa

Pin It on Pinterest