< Article suivant
Article précédent >

3 idées pour

Si vous n’avez pas de stratégie de communication pour accompagner les changements ou les transformations, vous risquez de faire face à des problèmes inattendus qui vont mettre en danger vos projets et vous déstabiliser dans votre posture de manager. Alors, comment construire une communication efficace dans la durée ?

 

Tout simplement en bâtissant un plan de communication autour de 3 objectifs :

Ce n’est pas parce que vous n’avez rien à annoncer de nouveau qu’il ne faut pas communiquer.

3 idées pour accompagner le changement dans la durée
Arnaud Constancias

Arnaud Constancias

Consultante associée Souriez Vous Managez

Lire son son profil complet

 

PROCHAINEMENT : 3 idées pour…Accompagner les phases de la transformation

1. Communiquer pour donner du sens

  • Avant tout présenter les faits : pourquoi on change (des menaces, des opportunités ?)  Quelle option est retenue, comment se présente-t-elle ? Quelles étaient les autres options ? Et pourquoi les a-t-on écartées ? Pour quoi on change (quel est l’état désiré ?) Combien de temps cela va prendre, quels risques pouvons-nous rencontrer, quels bénéfices sont attendus ?
  • Vous pouvez utiliser la méthode CQQCOQP (combien, qui, quoi, comment, où, quand, pourquoi) qui vous aidera à lister toutes les questions qu’on peut se poser sur un thème donné et à y apporter des réponses.
  • L’échelle de Robert Dilts est également un cadre utile pour organiser votre présentation. Vous pourrez ainsi « monter l’échelle » en listant tous les impacts du changement au niveau de l’environnement de travail (conditions, cadre…) puis au  niveau des comportements, puis passer à celui des compétences et capacités ; vous monterez ensuite à l’échelon des impacts sur les croyances et valeurs. Enfin, vous visiterez le domaine supérieur, celui de la vision et de l’identité.
  • Vous pourrez ensuite redescendre l’échelle et proposer les défis à résoudre, ou bien les solutions si elles sont déjà élaborées, afin de traiter ces impacts.
  • La présentation de votre communication pourra être organisée suivant cette trame, en assurant une progression dans le temps du travail sur chacune des 5 dimensions (ou échelons).

 

2. Communiquer pour faire adhérer

  • On comprend avec la raison, on adhère avec l’émotion. Vous ne pouvez donc pas faire l’impasse sur les émotions. Alors organisez le partage émotionnel en face à face en posant des questions comme « Comment vis-tu le changement, qu’est ce qui te mobilise, te freine, Comment le ressens-tu ? »
  • Organisez aussi des « purges émotionnelles » collectives avec des méthodes créatives, comme le photo langage ou simplement en questionnant sur la météo de chacun par rapport au projet. Ce sera plus facile pour certains de s’exprimer avec un support symbolique ou visuel.

3. Communiquer pour soutenir dans la durée 

 

  • Pour les changements au long cours, il va falloir entretenir la flamme et donc poser sur vos agendas des moments de communication réguliers et différenciés.Vous pouvez alterner :
    • Des réunions flash pour aborder les difficultés quotidiennes.
    • Des entretiens individuels personnalisés (pour féliciter, recadrer, soutenir, remotiver, ou seulement échanger).
    • Des réunions créatives de résolution de problèmes ou pour partager de bonnes pratiques à transposer.
    • Des ateliers joies et peines pour partager les sources de plaisir et d’insatisfaction.
    • Des moments festifs pour célébrer les avancées, ritualiser les étapes, établir des paliers de certitude.

     

    En synthèse, ce n’est pas parce que vous n’avez rien à annoncer de nouveau qu’il ne faut pas communiquer. Si vous n’avez rien à dire, c‘est le meilleur moment pour partager.

     

    Et si vous êtes en panne ou à la peine sur les moyens ou le contenu, demandez à vos collaborateurs, ils connaissent mieux leurs besoins que vous et serons ravis de contribuer !

*Être coach: Du coaching performatif à l’éveil(Broché) par Robert Dilts – Inter Editions

gérer ses peurs

3 IDÉES POUR : gérer vos peurs et celles de vos collaborateurs

< Article suivant
Article précédent >

Et pourquoi le manager n’aurait-il pas le droit d’avoir peur ! C’est un être humain après tout. Encore faut-il donner l’exemple en apprenant à gérer ses propres peurs. Indispensable pou mieux gérer les peurs de ses collaborateurs…

3 IDÉES POUR : animer une réunion flash

< Article suivant
Article précédent >

de l’importance d’organiser une réunion flash au moment opportun. Oui mais c’est quoi le bon moment ? Et ça concerne qui ? Et que dire en réunion flash, de quelle manière ? Voici quelques clefs pour une réunion flash qui dépote !

faire faire

3 IDÉES POUR : passer de faire à faire faire

< Article suivant
Article précédent >

Après plusieurs années passées comme collaborateur dans votre domaine d’expertise, vous voici nommé manager ! C’est un aboutissement. Ou bien un début. Tout dépend de l’angle de vue ! Quelle posture adopter vis-à-vis de vos pairs , de la hiérarchie et de votre équipe ? Comment faire pour « faire faire » et passer de l’expertise au management de proximité ?

gérer son temps en dégégant

3 IDÉES POUR : gérer son temps avec valeur ajoutée

< Article suivant
Article précédent >

Prendre de la hauteur, lever la « tête du guidon », sortir de l’opérationnel, remplir pleinement le rôle de manager… Mais aussi porter la vision, décliner la stratégie de l’entreprise, prendre le juste recul pour accompagner et faire progresser ses équipes, et tout cela en plus de l’opérationnel qui prend déjà tout son temps !

interdépendance

3 IDÉES POUR : développer l’autonomie de son collaborateur

< Article suivant
Article précédent >

Le monde changeant exige des entreprises agiles et des collaborateurs autonomes et moteurs. Certains managers préfèrent des collaborateurs dépendants, cela renforce leur pouvoir ou l’estime d’eux-mêmes. Mais ils risquent gros en empêchant ainsi à leurs collaborateurs de grandir. D’autres managers ne sont pas contre l’autonomie mais ils ne savent pas bien comment faire. Il est vrai que des mécanismes complexes sont en jeu et qu’une grille de lecture est nécessaire. L’analyse transactionnelle nous donne des clés avec les quatre phases d’autonomie que nous pouvons transposer à la réalité de l’entreprise.

0 commentaires

Pin It on Pinterest